×

Avertissement sur les cookies

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques détaillées de visites, d’améliorer le site, d’afficher des contenus publicitaires adaptés et de vous proposer des boutons de partage sur les réseaux sociaux. En savoir plus

Ok

Formes et digital : duo gagnant

Article paru dans la revue emballages magazine de Février 2021 , accordez-vous 4 mn de […]

Article paru dans la revue emballages magazine de Février 2021 , accordez-vous 4 mn de lecture … La presse parle de nous , et des innovations dans l’industrie de la forme de découpe.

IZIANO POLITOPublié le 02/02/2021à 09h00

Sujets relatifs :Tous secteursCarton onduléCarton plat

Avec Bobst, Vacher fait entrer le métier du formiste dans une nouvelle ère
Une forme de découpe connectée.

Le groupe basé à Saint-Just-Saint-Rambert (Loire) est le premier fabricant français de formes de découpe à commercialiser des outillages connectés Toolink. –

Les métiers de l’impression et du façonnage de carton évoluent à vitesse grand V vers les technologies digitales. Leader mondial des machines de découpe pour les métiers de l’emballage carton, Bobst a été précurseur dans ce domaine, avec plusieurs innovations à la fois dans l’impression et le façonnage. L’une d’entre elles concerne l’emploi de puces RFID sur les outillages servant à découper et à rainer le carton, afin de leur permettre de communiquer avec la machine. Le groupe Vacher été certifié par le constructeur suisse en 2019 pour intégrer cette technologie baptisée Toolink. Il est aujourd’hui le premier formiste français à commercialiser ces outillages connectés. Deux cartonniers hexagonaux sont déjà équipés. L’un d’eux avait servi de site bêta-testeur. « La validation technique a pris plusieurs mois car elle a nécessité plusieurs aller-retour sur les sites et demandé la participation des équipes de Bobst. Mais les résultats sont maintenant à la hauteur des attentes. » explique Frédéric Vacher, Pdg de l’entreprise éponyme. A l’image d’un appareil plug and play, la platine de découpe reconnaît l’outillage dès qu’il est monté. Les paramétrages ont lieu dans la foulée et de manière complètement automatique. Tous les guides motorisés se mettent en place, en fonction du job à exécuter. Résultat des courses : des machines plus flexibles, prêtes à commencer un nouvelle production plus rapidement après un changement de format.

Revaloriser le métier de formiste

« L’opérateur n’a plus à gérer son temps de calage », indique Eric Viallaron, directeur commercial et marketing pour le groupe. L’emploi d’outillages connectés permettrait un gain de temps de 10 minutes sur des calages qui sont effectués en 30 minutes dans les cas les plus simples, en 2 heures dans les plus compliqués. « Grâce à cette intelligence embarquée, on améliore également les performances des machines, car on arrive à comprendre si une lame a tendance à s’user plus que les autres de façon à programmer son remplacement à l’avance », souligne Frédéric Vacher qui voit dans ces outils connectés un moyen permettant de revaloriser le métier de formiste.  Le dirigeant estime également que les remontées d’informations vont bientôt permettre de renforcer les connaissances sur les matériaux utilisés dans les outillages, aciers et mousses par exemple.

Basé à Saint-Just-Saint-Rambert, au nord-ouest de Saint-Etienne (Loire), le groupe Vacher possède quatre sites de production en France, un au Pays-Bas, un en Pologne et un en Belgique. Il réalise un chiffre d’affaires de 23 millions d’euros avec 180 personnes et une activité qui se répartit sur trois métiers : les formes de découpe, les outillages pour la dorure et le gaufrage, les moules de thermoformage. Le groupe, qui est présent à la fois dans le carton plat et le carton ondulé, se revendique comme le deuxième formiste européen.

© Groupe VACHER, 2020 Tous droits réservés